Le logement, un secteur délaissé par le quinquennat d’Emmanuel Macron

2/02/22 | Actualité de l'aménagement

Après une première partie de mandat portée sur les économies, l’arrivée d’Emmanuelle Wargon, en juillet 2020, en tant que ministre déléguée au logement a marqué le retour du volontarisme de l’Etat et permis, in extremis, un rebond de la construction en 2021.

Le rapport annuel sur le mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, dont la vingt-septième édition est rendue publique mercredi 2 février, est l’un des rares rendez-vous entre acteurs du logement et personnalités politiques. En janvier 2017, le candidat Macron y avait déroulé son programme ; en 2022, il est présent par téléconférence pour faire le bilan de son quinquennat et dialoguer avec Christophe Robert, délégué général de la Fondation.

Sur ce sujet, le quinquennat avait mal commencé. Le 17 mai 2017, dans la cour de l’hôtel de Castries, rue de Varenne, à Paris, alors siège du ministère du logement, tout le monde attend la passation des pouvoirs entre Emmanuelle Cosse, ministre chargée du logement et de l’habitat durable du gouvernement Hollande, et… son successeur encore inconnu. Deux heures plus tard, vers 20 heures, Richard Ferrand, qui vient d’être nommé ministre de la cohésion des territoires, fait son apparition et confirme que le logement figure bien dans son portefeuille. Le thème a, apparemment, été un peu oublié dans la bataille.

Ce loupé au démarrage « est peut-être symbolique d’un quinquennat qui, avec le recul, me paraît marqué par l’absence de portage politique du logement et de parole publique sur la nécessité de construire », résume Emmanuelle Cosse, aujourd’hui à la tête de l’Union sociale pour l’habitat, qui fédère les organismes HLM. Richard Ferrand ne restera d’ailleurs que quelques semaines avant de laisser la place à Jacques Mézard, avec Julien Denormandie comme secrétaire d’Etat puis ministre délégué chargé du logement. Emmanuelle Wargon, plus centriste, lui succède le 6 juillet 2020, au sortir du grand débat post-« gilets jaunes » qu’elle a animé, en tant que ministre déléguée auprès de Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, dans le gouvernement Castex.

« Il n’y a, en fait, jamais eu de ministre de plein exercice sur ce thème, siégeant chaque semaine à la table du conseil des ministres. Cette absence a un effet délétère sur les élus, les habitants, les acteurs du secteur, estime Emmanuelle Cosse, alors que l’enjeu du logement est central pour le pouvoir d’achat des ménages, l’emploi, la compétitivité de la France ou l’aménagement du territoire. »

Economies lourdes et surprenantes

Dès son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron supprime l’impôt sur la fortune mais crée un impôt sur la fortune immobilière. Un symbole, pas toujours bien vécu.

« Le chef de l’Etat considère que l’immobilier est improductif, que les propriétaires sont des rentiers, analyse Christophe Demerson, président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers. La politique menée est très défavorable à la propriété. Ainsi, avec la suppression de la taxe d’habitation [soit un coût budgétaire de 18 milliards d’euros par an], les élus, privés de cette recette, sont tentés d’alourdir la taxe foncière, qui, désormais, pèse sur les seuls bailleurs et propriétaires occupants. Je pense à ces veuves aux petites retraites, qui habitent encore le grand logement familial et ne peuvent pas payer. »

Lire aussi  : Dans les HLM, une demande croissante de publics de plus en plus précaires

Fin juillet 2017, l’annonce de la coupe brutale de 5 euros par mois aux 6,5 millions de bénéficiaires des allocations logement ouvre une série d’économies bien plus lourdes : gel du barème des…

Pour lire la suite de cet article cliquez ICI

Eric RAIMONDEAU

Eric RAIMONDEAU

Gérant de l'agence UTOPIES URBAINES

En qualité de micro entrepreneur, j’ai créé l’agence Utopies Urbaines. En effet J’aime à partager mon expertise et la transmettre au travers des expériences que j’ai pu acquérir en direction des élus locaux mais aussi  des fonctionnaires des communes ou intercommunalités lors de sessions de la formation continue ou initiale. Ce site veut aussi être un relais pour des offres d’emploi proposées par les collectivités territoriales.

Plus d’articles :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Share This