Vitoria Gasteiz, un laboratoire des nouvelles mobilités en terre basque.

1/10/22 | Chronique de l’aménagement urbain

Vitoria Gastiez Accès Piétions à la Ville Historique @Bernard Lensel

Par Bernard Lensel Architecte Urbaniste – Urbanistes des Territoires

La capitale du pays basque est un véritable laboratoire des nouvelles mobilités.

La capitale politique du Pays basque espagnol (Communauté autonome du Pays basque, en basque : Euskal Autonomia Erkidegoa) est située sur le plateau d’Alava, à plus de 500 mètres d’altitude, au Sud de Bilbao qui est la capitale économique de la même Communauté autonome.

De tous temps, Vitoria Gasteiz a eu son développement urbain planifié et le fait que la ville soit actuellement un véritable laboratoire des nouvelles mobilités s’inscrit dans cette logique quasiment millénaire.

L’Anneau vert a été ainsi érigé dans les années 90 en zone non-aedificandi et crée une limite stricte entre secteur urbain bâti et espace naturel circulaire protégé (photos et plans).

Mapa del Anillo Verde   1   Mapa 2

Betoñuko urmaela 3   Panel de información parque de Salburua - Plano 4

Source : http://www.vitoria-gasteiz.org   1- Plan général de l’Anneau vert ; 2- Secteur d’Ibilbidea ;     3- Lac de Salburua  ; 4- Secteur de Salburua

Croquis général du centre Ouest de Vitoria-Gasteiz @Bernard Lensel

Nous allons maintenant comparer le traitement des espaces publics dans différents quartiers péricentraux et centraux de la ville.

Des quartiers des années 80-90 ont fait l’objet d’une séparation entre voies circulées et voies piétonnes, en application du principe de la trame écossaise : au Centre Ouest de la ville, la partie récente du quartier San Martin, comprise entre Buztinzuri et Abendano et réalisée entre 1982 et 1990, en représente un exemple très parlant.

Le plan de la partie la plus récente de ce quartier s’appuie sur une trame orthogonale et les rues intérieures sont dédiées aux piétons et aux cyclistes, avec une place également pour quelques terrasses de cafés.

Quartier San Martin à Vitoria-Gasteiz _Croquis et Photo_Source © Bernard LENSEL

Le traitement des espaces publics des années 2010 et suivantes va beaucoup plus loin : il adopte une hierarchie des voies et un panachage des modes de déplacement.

Le quartier dénommé Sancho el Sabio, du nom de son artère principale, situé entre San Martin et la Vieille Ville, adopte cette hierarchie et ce panachage, en regroupant sur l’axe central le passage du tramway, les circulations piétonnes et cyclistes, assez largement pour que les conflits soient estompés, des halles pour le stationnement des 2 roues combinées avec l’attente pour le tramway, de nombreux jeux pour enfants et des terrasses de cafés et de restaurants.

Quartier Sancho el Sabio, de nuit ©Photos Bernard LENSEL

Les rues adjacentes (Gorbea Kalea) combinent un accès à circulation modérée pour les voitures, des stationnements délimités et de larges trottoirs pour les piétons et les terrasses ou sont totalement piétonisées (ruelles comprises entre ce quartier et la Vieille Ville).

Gorbea Kalea et accès à la Vieille Ville ©Photos Bernard LENSEL

Le secteur de la Vieille Ville comporte des espaces piétonniers importants qui mènent à deux places au caractère très complémentaire, l’une médiévale, au Nord, devant la cathédrale (Santa Maria Plaza) et l’autre au caractère géométrique strict, au Sud, d’inspiration classique (Espainia Plaza). Les traitements y sont plus conventionnels, si ce n’est l’adoption dans certaines artères de trottoirs roulants pour permettre l’accès aux parties les plus escarpées de la Vieille Ville.

Espaces publics de la Vieille Ville ©Photos Bernard LENSEL

L’étude des espaces publics de Vitoria Gazteiz nous permet plusieurs réflexions : sur des quartiers dont la création va de l’époque médiévale au XXème siècle, des réponses adaptées sont évidemment possibles, qui déclinent des variables fonctionnelles et multimodales. C’est là une spécificité de la ville.

Ainsi, le panachage des espaces de rencontre avec des modes actifs de déplacement se retrouve t’il dans tous les quartiers. L’enrichissement des complémentarités entre modes de déplacement caractérise les aménagements les plus récents, que ce soit dans la partie historique avec les escaliers urbains qui complètent les rampes et escaliers traditionnels ou dans le quartier Sancho el Sabio, où la cohabitation et la valorisation mutuelle du tramway, des déplacements piétons et du cyclisme urbain s’expriment pleinement.

Enfin, les interfaces multimodales jouent leur rôle avec un objectif d’équilibre entre des modes de déplacement à la fois contrastés et complémentaires. Là aussi, Sancho el Sabio illustre bien la démarche.

Septembre 2022

Eric RAIMONDEAU

Eric RAIMONDEAU

Gérant de l'agence UTOPIES URBAINES

En qualité de micro entrepreneur, j’ai créé l’agence Utopies Urbaines. En effet J’aime à partager mon expertise et la transmettre au travers des expériences que j’ai pu acquérir en direction des élus locaux mais aussi  des fonctionnaires des communes ou intercommunalités lors de sessions de la formation continue ou initiale. Ce site veut aussi être un relais pour des offres d’emploi proposées par les collectivités territoriales.

Plus d’articles :

Un nouveau relationnel territorial

Un nouveau relationnel territorial

Bernard Lensel, maire du Poizat-Lalleuriat dans l’Ain explicite au quel point le relationnel territorial d’une commune montagnarde et périurbaine s’impose pour penser la transition écologique et solidaire. Croquis @Bernard Lensel Interview publiée dans la revue...

La  marche, un gisement d’emplois

La marche, un gisement d’emplois

Un nombre de plus en plus significatif de nos concitoyens est attiré par l’usage du vélo. Nous nous en réjouissons et nous félicitons de l’intérêt porté par l’État à ce mode de déplacement frugal. Toutefois, c’est la quasi-totalité de la population qui est concernée par la marche.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This